Moncef Guita_4Moncef Guita artiste peintre algérien a goûté très tôt à la magie de l’art. Avec son oncle, il est entré dans tous les musées qui étaient sur son chemin, et même ceux qui ne l’étaient pas! Le goût de l’art et des belles choses, peinture, sculpture, poésie… ont profondément imprégné l’artiste. Son parcours professionnel est très éloigné des arts, mais est-ce si sûr, on verra en aval ce qu’il en pense. En tout cas, Moncef ne s’est jamais détourné de ses premières amours artistiques et le chevalet, la palette de couleurs, le bois ont toujours été présents. L’artiste sobre et discret a fini par se consacrer pleinement à son art, pour notre grand plaisir, à donner corps, volume, et vie à sa passion, la peinture à travers des œuvres très personnelles qui se déclinent en de magnifiques tons dont le bleu et le vert qui ne sont que douceur, et invitation à l’apaisement, à la détente, ou ces ocres chauds aux riches couleurs automnales, ou encore ces superbes portraits de femmes si proches mais en même temps énigmatiques, insaisissables.

Guita MoncefLes peintures de Moncef Guita nous invitent dans un univers d’émotions où le complexe et le simple, la densité et la légèreté, le rêve et l’imaginaire se côtoient ou fusionnent dans une très belle harmonie. Les travaux sur bois et plus spécifiquement sur de grands coffres massifs offrent également de très belles œuvres  minutieusement et finement sculptées de symboles traditionnels tels des croissants, des khamsa (mains), des étoiles et autres suites de triangles à l’aspect à la fois ancien et majestueux. On retrouve ces mêmes formes géométriques dans ses toiles semi abstraites qui symbolisent le  monde désarticulé qui nous entoure. «Le pouvoir du signe se complaît dans l’énigme et conjugue le doute à chaque délié de plume car toute aire de fuite fait vaciller le monde», nous dit-il.

Les deux soeurs Moncef GuitaMoncef Guita né en 1945 à Annaba en Algérie est docteur en biologie. Il a été professeur, puis haut fonctionnaire. Depuis 1986, il participe à de nombreuses expositions en Algérie mais aussi en France, en Syrie, en Tunisie, en Roumanie, en Lybie, en Espagne, et anime des conférences sur la culture et l’art pictural en Algérie. Dans ses œuvres semi abstraites, on retrouve l’influence profonde d’artistes contemporains tels Klee, Issiakhem, Khadda…. «Je n’utilise pas un abstrait pur pour pouvoir apporter des éléments réels. En fait, je fais en sorte de donner des indices pour faciliter la compréhension et permettre une lecture possible des tableaux. » nous dit Moncef Guita.

Place à Moncef Guita qui va nous parler de l’univers des arts, des artistes, de son art dans l’interview accordée à « Le temps d’Algérie », merci à eux! Les Belles Sources

Moncef Guita_1

« Dans cet entretien, l’artiste peintre, ancien professeur de biologie et poète, Moncef Guita, nous parle de sa peinture et nous embarque dans son univers coloré d’humanisme où la nature est la muse de son art. » Le Temps D’Algérie

Sur son passage de la biologie aux arts plastiques

Le dessin, la peinture ou la poésie ont depuis l’adolescence occupé une place importante dans mes activités. Ainsi, parallèlement à mes études classiques, mon temps libre était consacré aux différents arts tels que la littérature, le théâtre… De ce fait, le passage vers les arts plastiques ne s’est pas fait brusquement. Bien au contraire, la peinture se nourrit des autres domaines de l’esprit et vice versa. Je ne peux imaginer un croisement stérile : sciences, histoire, archéologie, ethnographie… sont d’un apport essentiel. Curieux de tout, l’artiste est un creuset où un bouillon de culture permanent ne cesse de se renouveler. Aussi, les domaines d’expression artistique sont multiples et sous-tendus par la nécessité intérieure de «dire». C’est pour cette raison que les moyens et les techniques sont des outils à la portée de tout un chacun, et cela va du crayon à l’ordinateur, en passant par la teinte ocrée de l’argile aux couleurs sophistiquées qui envahissent le marché. J’aimerais vous ajouter qu’avec des moyens rudimentaires, l’homme des cavernes a gravé et peint des scènes qui nous sont parvenues et ce, voilà plus de soixante siècles. En conclusion, l’essentiel réside dans la force d’expression et l’émotion ressentie face à une œuvre. Les murs des cités et des prisons en sont un témoignage poignant (Street art…)

Moncef Guita levitation

A propos de son inspiration qui, en plus des formes et des couleurs, a la particularité de créer des scènes de fiction

Dans sa quête du beau, du vrai, l’artiste dispose d’une gamme infinie de formes et de couleurs qu’il va agencer dans des compositions qui lui sont propres. Il va alors puiser dans son environnement social, naturel, les thèmes susceptibles de l’intéresser. La liberté d’entreprendre ne connaît alors aucune limite ; dans cette quête, l’artiste Khadda, à partir du thème «l’olivier» nous a gratifiés d’une œuvre immense, «lisible» tout aussi bien par l’ouvrier, le paysan ou l’intellectuel de haut niveau.

Moncef Guita_6

Les œuvres ont des ressemblances, notamment dans le traitement des couleurs, avec celles de l’artiste peintre Benanter?

En visitant des expositions, des musées…, l’œil de l’artiste capte et enregistre en stockant, consciemment ou pas des milliers d’images. Ces enregistrements peuvent ressortir ou non à partir d’une situation donnée. Ce fond constitue la culture picturale. A ce titre, citons P. Valery : «Une œuvre artistique est le résultat d’une forme initiée et d’une forme en puissance propre à l’artiste.»

A bien analyser un tableau, on y trouve des formes et des couleurs initiées en cercles, formes géométriques… qui n’appartiennent pas à l’artiste. Un tableau de Kandinsky, Mondrian ou Picasso répond parfaitement à cette conception puisqu’aucun d’eux n’a créé le rouge, le vert ou le cercle ! Leur génie ou talent réside dans l’agencement de toutes ces unités omniprésentes pour en faire un travail à nul autre pareil. Je crois modestement qu’aucun artiste ne peut se targuer de créer – le mot est trop fort – ex nihilo une œuvre aussi géniale soit-elle. Pour revenir à votre question, j’ai subi durant des années l’influence d’Issiakhem. J’en suis conscient et je le revendique. Maintenant, on peut par moment, trouver quelque parenté avec tel ou tel peinture, en l’occurrence Benanteur, artiste immense qui, malheureusement, est méconnu dans son propre pays. Revenons à P. Valery, il nous a fourni un début de réponse.

Moncef Guita_3

Les apports de la science à son art?

Les études en biologie sont extrêmement enrichissantes parce qu’on y décortique les phénomènes vitaux les plus intimes qui sont l’observation rigoureuse, les études anatomiques… L’harmonie d’ensemble et de chaque élément n’a pas fini de révéler tous ses secrets. Tout le monde sait maintenant que les designers les plus prestigieux s’inspirent de la faune et de la flore qui sont une source inépuisable ! Une aile d’oiseau recèle un enseignement introuvable dans les meilleurs manuels.

Moncef Guita

Et la poésie ?

Poésie, peinture, sculpture… sont à mon avis indissociables, elles représentent une cohérence au-delà de la simple représentation visuelle. On peut y ajouter toutes les autres formes d’expression, essentiellement la musique, qui est définie par un rythme, un tempo, une tessiture portés par une énergie commune aux autres formes artistiques. Elles canalisent par des voies différentes, et apparemment divergentes, les angoisses et les espoirs de l’être humain, des tumultes, son avenir, son enlisement ou son évolution qui, en un mot, définissent la condition humaine.

Moncef Guita_5

A propos de ses projets

C’est de continuer avec ténacité ce périple, oh combien envoûtant qui m’ouvre chaque matin des horizons immenses.

IMG_9122[1]

Moncef Guita_2