«Cherchons comme cherchent ceux qui doivent trouver et trouvons comme trouvent ceux qui doivent chercher encore. Car il est écrit : celui qui est arrivé au terme ne fait que commencer.» Saint Augustin.

Souad M.

Et c’est ce qu’a fait Souad Massi, artiste algérienne de Bab El Oued, quartier d’Alger qui, tel le sourcier, a décelé la présence de l’eau pour que jaillisse la vie. «El Mutakallimûn» ou «Les Orateurs» est un album qui trouve sa genèse dans El Andalous ou l’Andalousie, terre d’accueil et de ressourcement, chaleureuse, hospitalière, ouverte, tolérante et foisonnante de créativité, terre où l’épanouissement culturel et cultuel rayonnait de mille éclats par la grâce de ses scientifiques, philosophes, ou géographes. Souad Massi a cheminé ensuite vers la poésie arabe classique très ancienne mais aussi contemporaine, et la calligraphie.

Lumière du savoir

«El Mutakallimûn» est composé du répertoire de poètes contestataires ou anticonformistes ayant inscrit en lettres d’or la poésie arabe subtile, raffinée, lumineuse au patrimoine arabe, mais aussi universel. Restituer sans l’altérer la poésie ancienne, datant parfois de mille ans, a amené Souad Massi à faire appel à des spécialistes arabes pour la guider, l’aider à comprendre et chanter ces textes qui sont ardus parfois. Un hommage rendu à ceux qui maîtrisent l’art de la parole mais qui savent écouter aussi.

Calligraphie arabe (2)

Souad Massi s’éloigne un peu de son répertoire habituel pour l’ouvrir à cette inspiration puisée dans les purs et inestimables joyaux de cette poésie: Abou El Qacim Chebbi, Elia Abû Madhi, Zouhaïr Ibn Abi Soulma, Ahmed Matar…. Certaines des chansons de Souad Massi dont celle que je présente sont interprétées avec brio, et ont conservé cette voix originelle, naturelle, douce, mélodieuse, chaleureuse à laquelle elle nous a habitués. Les styles de musique riches et divers sont superbement articulés et savamment arrangés pour un ensemble où chaque style trouve à s’exprimer dans un tout très harmonieux. On y trouve le nostalgique chaâbi (populaire), avec de savoureuses envolées de oud (luth) ou de banjo, des arabesques mélodiques, du folk, du pop, des sonorités jazzy, des parfums africains, des brises caribéennes….

calligraphiearabe

 

L’élaboration de cet album sorti en 2015 a nécessité deux ans de travail, ce qui a fait dire à Souad : « A vrai dire, je n’imaginais pas que ce serait si difficile. Pour le même poème, on pouvait trouver plusieurs traductions, il a fallu prendre le temps. Et malgré tout, quand j’ai commencé à chanter ces textes, j’ai reçu des appels de chercheurs du Moyen-Orient qui m’ont dit que j’avais mal prononcé tel ou tel mot. C’est du détail, mais cela prouve bien que j’ai touché là quelque chose de sacré…« .

 

La lumière

L’album, dont chaque titre a été illustré par les artistes calligraphes Aymen Bourafai et Mohamed Bourafai son père a été l’opportunité pour Souad Massi de s’immerger dans le raffinement de la culture arabe, de le faire revivre mais également de partager un patrimoine universel riche, lumineux, une réponse par ces arts nobles, prestigieux aux caricatures et autres représentations réductrices dont peut faire l’objet l’autre parce qu’il est différent : «Quand on connaît une culture, on appréhende plus justement les gens qui lui sont liés. Avec cet album, j’ai souhaité fournir des clés de compréhension et partager la sérénité que me procure la poésie. […] Les savants et les poètes nous lèguent un héritage auquel nous avons tous droit, même si nous sommes pauvres. Mais il faut pouvoir y accéder…» Et aussi en avoir la volonté.

S.Massi

Ayna est une chanson dont le texte a été écrit par le poète irakien Ahmed Matar (né en 1954) que sa critique sociale a contraint à un long exil. Ce texte évoque un ami soudainement disparu parce qu’il avait demandé à un dirigeant : « Votre Excellence, votre Excellence / Où est le pain où est le lait / Et la garantie du logement / Où est l’emploi pour tous / Et la gratuité des soins ? »

Et un petit bonus avec « Mesk Ellil » ou Jasmin de nuit, une fleur très parfumée qui pousse en Méditerranée, et qui n’exhale sa fragrance que le soir tombé. Cette chanson est faite de nostalgie et de manque du pays, de la terre natale…