Nejad, Perpetuales Célestes, 1951-1952

Huile sur toile, 162 x 97 cm
Salle 38 : Esthétiques du signe

Mehmed Melih Nejad Devrim nejad mediation.centrepompidou.fr

« Les signes de Nejad sont autant de formes singulières, de morceaux de bleus irradiés de lumière qui s’organisent par juxtaposition rythmique, évoquant un programme ornemental. S’agit-il d’une vision kaléidoscopique et cosmique de bleus célestes, retenus en haut du tableau par un coin de ciel nocturne ? D’un espace géométrique, rythmé et fragmenté par des formes dynamiques, découpées à même la couleur ? Ou d’un espace spirituel, proche des recherches de Matisse pour la création des vitraux de la chapelle du Rosaire (1948-1951) où l’art et la couleur dialoguent avec le sacré ?

Mais de quelle forme initiale est parti l’artiste pour jouer avec cette construction-déconstruction de la couleur ? Peut-être d’un polygone étoilé. L’espace oblong de la surface semble ouvrir sur une cour à ciel ouvert posée frontalement dans la bi-dimensionnalité du tableau.

Autant de suppositions qu’évoquent à la fois le titre de cette toile, Perpetuales celestes, et sa composition. Pour Michel Seuphor, l’œuvre de Nejad est un univers pictural où se jouent « d’arides voluptés », pour Georges Bataille elle se situe dans une « (…) recherche du point de jonction entre l’héritage islamique et l’art occidental.» »

Mehmed Melih Nejad Devrim Composition 1958Pinterest (2)

Mehmed Melih Nejad Devrim, Composition 1958, Pinterest

Mehmet Melih Nejad Devrim est né à Istanbul dans une famille cosmopolite d’artistes et de poètes. Sa mère Fahrelnisa Zeid peintre pionnière renommée, a eu une heureuse influence artistique sur son fils dès son plus jeune âge. C’est aussi avec sa mère que Nejad découvre la peinture occidentale lorsqu’elle est allée vivre à Berlin en 1936 suite à son mariage avec l’Emir Zeid, ambassadeur d’Irak en Allemagne.

Mehmed Melih Nejad Devrim Bidtoart

Mehmed Melih Nejad Devrim, Bidtoart

De retour à Istanbul en 1939, Nejad suit ses études au lycée de Galatasaray, et réalise ses premières peintures d’intérieurs de maisons et de paysages dans lesquelles on décèle des influences d’Henri Matisse et de Pierre Bonnard. En 1941, il entre à l’école des Beaux-arts d’Istanbul et a pour professeur Léopold Levy dont il deviendra assistant plus tard.

Mehmed Melih Nejad Devrim Findartinfo.com (2)

Mehmed Melih Nejad Devrim Findartinfo.com

Parallèlement à sa formation aux Beaux-arts, Nejad étudie la mosaïque byzantine, la calligraphie ottomane, et l’art islamique abstrait qui auront une grande influence dans ses œuvres à venir. En 1946, il s’installe à Paris, et fait très vite partie des invités prestigieux des salons organisés par Gertrude Stein. Pendant plusieurs années consécutives, il participe au Salon de Mai et au Salon de Réalités Nouvelles. Il fait sa toute première exposition en solo en 1950 à la Galerie Lydia Conti.

Nejad Melih Devrim alifart.com (2)

Mehmet Melih Nejad Devrim, alifart.com

Au cours de la même année, il est invité ainsi que d’autres artistes de l’Ecole de Paris à exposer à New York, par le marchand d’art américain Léo Castelli. Deux ans plus tard, il participe au Salon d’Octobre dont il devient Président et porte-parole. Entre 1954 et 1955, c’est la galerie Charpentier à Paris qui expose ses œuvres en même temps que celles d’autres artistes de tendance abstraite. Il illustre le recueil de poésie de Tristan Tzara, «Les temps naissants» en 1955, et exposera à la galerie Zodiac à New York en 1957. Ses nombreux voyages en Europe, aux Etats-Unis, en Asie Centrale, en Union Soviétique, ses rencontres et correspondances échangées avec des artistes tels que Sonia Delaunay favoriseront l’enrichissement de ses recherches picturales.

Mehmed Melih Nejad Devrim Findartinfo.com

Mehmed Melih Nejad Devrim, Findartinfo.com

Nejad s’installe à Varsovie en 1960 pour un échange d’atelier avec un écrivain polonais, puis repart au Moyen-Orient et en Europe, avant de revenir définitivement en Pologne à Nowy-Sacz où il partage sa vie avec Janina Palush. Nejad Devrim meurt à Nowy-Sacz en 1995.

Mehmed Melih Nejad Devrim Auction

Mehmed Melih Nejad Devrim, Auction

En 2001, la Galerie Ney organise une rétrospective de ses œuvres à Istanbul ainsi qu’à Ankara l’année suivante. En 2006, c’est le Musée d’Art Moderne d’Istanbul qui organise une exposition des œuvres de Nejad Devrim ainsi que de celles de Fahrelnisa Zeid, sa mère dont quelques toiles trouveront place avec celles de son fils sur cette page.

Mehmed Melih Nejad Devrim Paysage 1970 Bidtoart 3

Mehmed Melih Nejad Devrim, Paysage 1970, Bidtoart

Le critique d’art Georges Boudaille (1925-1991), délégué général à la Biennale de Paris à partir de 1971, écrit à son propos : « Tout jeune, il s’était déjà laissé imprégner par les harmonies colorées, vite familières à ses yeux, dans un quotidien qui mêle les éblouissements décoratifs des architectures aux manifestations populaires. Plus tard dans les années 50, ce qui caractérise la peinture de Néjad, c’est ce dynamisme éclaté allié à une maîtrise de la composition. » Les Belles Sources

Nejad Melih Devrim alifart.com 3

Mehmet Melih Nejad Devrim, alifart.com

Mehmed Melih Nejad Devrim Bidtoart (2)

Mehmed Melih Nejad Devrim, Bidtoart

 

FZ @Evans is a place on Earth

Fahrelnissa Zeid, Evans is a place on Earth

fahrelnissa-zeid-resolved-problems_Tate

Fahrelnissa Zeid, Resolved problems,Tate

Fahrelnissa Zeid, Divine Protection, 1981

Fahrelnissa Zeid, Divine Protection,1981, The Mathaf Encyclopedia

Ressources

http://mediation.centrepompidou.fr

http://www.galerinev.com