Un univers de musique pour trois grands génies de la guitare ! Paco De Lucia, Al Di Meola, John McLaughlin ! Leurs parcours musicaux respectifs sont riches, ouverts et variés et la notoriété et reconnaissance de chacun séparément n’était plus à faire quand ils se sont rencontrés pour former ce trio légendaire de magnifiques jeux à trois, et surtout propulsé par le morceau que je vous propose d’écouter, extrait de l’album Friday night in San Francisco, « Mediterranean Sun Dance » d’une richesse musicale, et d’une performance technique inouïes! Flamenco, Jazz, Classique, Bossa, Caraïbe… fusionnent de manière époustouflante. C’est un plaisir sans fin de les écouter jouer, ce n’est qu’accord, harmonie, symbiose, tout au long de ce chef d’œuvre de virtuosité, les regarder s’amuser avec autant de brio des cordes de leurs guitares, chacun y apportant son cachet personnel est fascinant.

Balade au crépuscule en Andalousie Artmajeur

Je vous propose d’écouter deux jeux de la même pièce musicale, un dans lequel on les voit jouer, et un autre, celui que je préfère, un live aussi mais sans l’image (celle que j’ai trouvée n’étant pas de bonne qualité) et c’est bien dommage, parce que leur inspiration y est si profonde, si créative, si sensible.

Des notes d’une richesse, d’une diversité toujours renouvelées pour une exploration exhaustive de tout ce que peut offrir une guitare de nuances et de sensibilité, des jeux en écho et en réseau extraordinaires, et c’est comme si tous les paysages méditerranéens défilaient devant nous, toutes les saisons, toutes les émotions de la plus joyeuse à la plus nostalgique, la plus mélancolique ou ces petits passages aux airs et aux rythmes de flamenco, ou des belles envolées tantôt légères, cristallines, tantôt graves, impétueuses, passionnées.

Isabelle JacqGalerie Art'et Miss

En fait Mediterranean Sun Dance ne donne peut-être pas sa pleine mesure à la première écoute, elle se « bonnifie », si je puis dire, au fur et à mesure des écoutes parfois inédites, toujours sensibles, et réceptives, de certains passages qu’on attend avec délice, sur lesquels on s’attarde par lesquels on se laisse porter, submergés que l’on est par leur intensité, des  mélodies qui semblent par moments venir de partout en joyeuses farandoles harmonieuses tournoyant autour de nous en une myriade d’émotions, de couleurs, de senteurs, de chaleur.

Lumières d'Andalousie @ballades en peintures

Bref, Paco de Lucia, Al Di Meola et John McLaughlin sont des génies, et depuis le temps que j’écoute ce morceau et d’autres, je ne m’en lasse pas, les émotions restent intactes, et le même morceau n’est jamais identique d’un jeu à l’autre. La complicité, le plaisir de jouer ensemble de se renvoyer la note, tantôt en solo, tantôt le même « solo » joué à trois, tantôt rythme et solo sont « délirants » et font « délirer » le public par leur virtuosité rare, leur technique sidérante, leur profonde sensibilité…

La puissance et la sincérité du Flamenco Isabelle-Jacq-Gamboena

Peintures

1-Esteban Navarro Oliviers en Espagne/2-Balade au crépuscule en Andalousie Artmajeur/3-Isabelle Jacq, Galerie Art’et Miss/4-Lumières d’Andalousie, ballades en peintures/5-La puissance et la sincérité du Flamenco, Isabelle Jacq, Gamboena